17 sept. 2009

[News] Poker - Montmarte hold'em
dans la cour des grands






La saga des clubs continue, après Casablanca (novembre 2008), le Club 3,14 (mai 2009) et le Club Poker 78 (juin 2009), j’ai rendez-vous le 7 juillet 2009 au prestigieux Montmartre hold’em, à Paris, présidé par Laurent Macq, un club de renom dont je vous donne tout de suite le principal critère d’identité :

MHE : des performances régulières
au niveau national et même international

Rien que ça ! Dans cet article, je développerai aussi un thème qui intéressera sans doute bon nombre de présidents ou futurs-présidents de clubs, car Laurent semble en mesure de répondre clairement à la question capitale :

Comment créer un club, à partir de rien ou presque,
et porter son niveau vers les plus hautes sphères du poker
tout en restant limité en moyens, place et finances ?


Dans l’univers des clubs et toute proportion gardée, Le Montmartre hold’em est le club des stars et des champions. Ils sont peu nombreux à jouer dans cette cour. Pourtant, le MHE ne compte qu’une soixantaine de joueurs, là où les ténors dépassent 850 joueurs (exemple : Bordeaux, Marseille).

Au programme de cette soirée, rencontres, interviews et tournoi de heads-up. Point final. Cette fois-ci, on ne rit pas (si, un peu quand même), on ne mange pas, on ne boit pas (ou peu), on parle (un peu), et surtout on joue (beaucoup). Sobre et efficace. Mais quelle organisation !


Laurent Macq organise le tournoi de heads-up du 7 juillet 2009

Historique du club

Le MHE est aujourd’hui l’un des clubs les plus réputés de l’Hexagone, alignant pas moins de deux champions de France FFDP, et des participants aux WSOP, EPT, WPT.

À l’origine, le club est crée par un groupe d’amis, habitué à jouer dans un appartement privé situé sur la butte Montmartre, d’où le nom. À la suite d’une offre du magazine Card Player qui proposait de fournir du matériel à toute nouvelle entité, Laurent dépose ses statuts et obtient un référencement dans l’Annuaire des Clubs qui lui a permis de rencontrer des joueurs très motivés à Paris. Nous sommes alors début 2007.

Le club s’installe dans un labo photo, place du Colonel Fabien (à proximité du Siège du Parti Communiste Français) et compte 27 membres à la fin de la première année. Il migre dans divers restaurants et bars, puis trouve un nouveau local fixe en 2007, dans la salle de code d’une auto-école ! Qu’on ne dise pas que le MHE doit sa renommée à ses facilités dans la capitale, les deux premières années furent un véritable parcours du combattant pour les quatre fondateurs : Eric Trescarte, Emmanuel Thierry, Christelle Audebert et Laurent Macq. Ils doivent clairement leur succès à leur motivation et à leur obstination. Dont acte.

Finalement, le MHE élit domicile en mai 2008 dans les locaux d’un club de bridge du XVIème arrondissement de Paris. Un cadre accueillant et bien conçu pour le jeu, une fois par semaine, le mardi.

Affiliation

Séduit par le principe des interclubs, le MHE est affilié FFDP depuis le début. Plusieurs partenariats ont également été réalisé avec Titan Poker, Poker 770 et récemment Unibet, ce qui permet de recevoir du matériel et des places dans des tournois internationaux prestigieux, comme l’IPO de Dublin. Le MHE entretient également d’étroites relations avec d’autres clubs de poker, notamment celui de Versailles.


Services aux joueurs

Alors, comment expliquer les résultats exceptionnels et le niveau élevé pratiqué au MHE ?

Du coaching, de l’émulation interne ?

Bingo ! Premier point-clé. Parmi les membres du MHE figurent par exemple ValVegas, l’un des professeurs de Poker Académie (Éloi Relange, Stochastic, etc.) et auteur d’articles dans Poker VIP. 29 ans, gros joueur et habitué aux mises élevées et tournois prestigieux aussi bien online qu’en live, ValVegas a choisi le MHE comme pied-à-terre parisien dont il est membre à part entière. Avec d’autres joueurs de très bon niveau, il participe activement à l’émulation interne et prodigue des services que j’apparente plus volontiers au coaching (groupes et suivi individuel) qu’à de l’enseignement. Son nom ressort souvent lorsque j’interviewe les joueurs, et nombreux sont ceux qui lui doivent manifestement beaucoup dans leur progression. Il anime par exemple des cours avec rétro-projecteur, un cursus très apprécié sur le cash-game.


Les tueurs du poker online : ValVegas et Luc Frumillon

De la documentation ?

Certes, le cercle est doté d’une librairie, où l’on trouve la plupart des livres majeurs. Péché d’orgueil ou réflexe bien humain : je cherche le mien dans les rayonnages. Je ne le vois pas. Laurent m’explique que Le poker, au-delà du hasard est souvent emprunté par les membres. C’est toujours ça de pris pour l’égo !


Les parties de poker

Au MHE, on pratique plusieurs formes de poker : NLHE bien sûr, mais aussi Omaha et initiation au H.O.R.S.E. Les événements et tournois sont nombreux et le classement du club tenu à jour. Il est disponible en ligne.

Le recrutement

Voici le véritable secret de la « Méthode MHE ». Laurent a dû mettre en place un système de sélection des membres, avant tout parce que la place de jeu est physiquement limitée. Immédiatement, ce système porte ses fruits et aujourd’hui, le recrutement a évolué vers des critères de rendement et de résultats. Une démarche élitiste, que d’aucuns trouveront même critiquable pour une association, mais les résultats sont là ; que demander de plus ?

Les membres du MHE ont dû s’inscrire sur une liste d’attente, passer un examen pratique sous forme de jeu sur table, avec quelques questions, et évidemment, leur comportement est évalué au même titre que leur niveau de jeu.

Laurent déclare que ces critères de sélection sont autant techniques qu’humains et comportementaux. Peu importe si un joueur call une enchère que le dernier traité néo-new-school à peine sorti d’imprimerie préconise de relancer all-in, mais un joueur qui ne sait pas dealer et enchérit lorsque ce n’est pas son tour pose un tout autre problème dans le cadre d’un club. Sont bannis : l’arrogance, le bruit, la trash talk.

Le Montmartre hold’em valorise la courtoisie, l’expérience et le niveau de jeu.

Comme dans les meilleures entreprises,
le MHE doit clairement son succès au recrutement.

Ne jugez pas, mais faites-vous un avis et disposez de cette particularité unique à ma connaissance pour votre propre club.


Le tournoi de heads-up

Formule 32 joueurs en élimination directe, augmentation des blinds toutes les 12 puis 15 minutes. En heads-up, c’est un beau rythme, assez lent, en fait. J’ai peu de témoignages sur les parties parce que je suis très concentré sur les miennes : je ne peux pas vraiment me permettre de me faire sortir dès le premier tour dans un club d’un tel niveau. Vous imaginez, si un jour je pose ma candidature et que je ne passe pas l’examen d’entrée ? :-)

Mes adversaires sont très sympathiques et j’y suis sensible, d’un comportement irréprochable. Je vois à l’œuvre les fruits d’un bon recrutement. Le niveau de jeu est vraiment bon.


Gaël

Non sans mal, j’élimine mon premier adversaire, Gaël, à l’aide de betting patterns expérimentaux (objectif perso 2009), et en prenant des risques conséquents et parfois débiles. Après avoir relancé All-in à la turn (je couvre Gaël) avec Q-Q-J-4 sur table et 7-4 dépareillés en main (!) – bottom pair et tirage couleur, je touche une horrible couleur hauteur 7 à la river qui craque une paire de rois servie ! Du poker moderne vraiment pas propre, absolument pas étayé par la théorie ni la technique, mais aucune méthode n’ayant exclu un bon coup de bol, ça passe malgré une mauvaise lecture de ma part et un semi-bluff à l’arrache complètement raté.


Craquage à la norvégienne d’une paire de rois avec 7-4 dépareillés

Le deuxième adversaire, le charismatique Emmanuel David, est l’auteur d’un livre de poker ! C’est l’original Chips & Cards Tricks, aux éditions Borneman 2008.



Emmanuel David se méfie de moi, c’est sûr

Il s’agit bien d’un livre de manipulation des jetons et des cartes, pour impressionner l’adversaire avec de jolis chip tricks. Il faut préciser qu’Emmanuel est aussi un talentueux prestidigitateur amateur.

Sans fausse modestie, la partie se passe très bien, pas d’erreur cette fois, et une ambiance très agréable ; forcément, entre auteurs…


Troisième tour : une leçon de stratégie, et de modestie

Le déroulement du troisième match est riche d’enseignement sur la gestion d’un match. Nous allons nous y attarder.

Je rencontre un certain Franck, archétype du jeune joueur de club, expérimenté et en pleine progression, lui aussi irréprochable à table, particulièrement sérieux et courtois. D’ailleurs, c’est le tournoi entier qui devient plus sérieux, nous sommes en quarts de finale et avons un donneur attitré : Wilfrid ! Vous savez, celui qui jette son tapis comme Obélix jette son filet dans La vie des clubs – épisode II. Mais en réalité, c’est un grand honneur pour nous, car mon pote Wilfrid n’est autre que le numéro 1 à date dans le classement du club.

Le match contre Franck est tendu et très long, on ne lâche rien. Avec beaucoup d’agressivité et des bons reads, je parviens finalement à prendre un réel ascendant en volant beaucoup de blinds et de pots au flop. Mais la défense de Franck reste très solide. Il joue très bien le flop et m’en prend pas mal aussi. Puis je craque, je tombe comme un vieux flan, tout seul, sur une très mauvaise enchère, alors que le read était bon ! À retenir : un bon read ne suffit pas, encore faut-il rester calme et enchérir correctement. Et la bonne enchère à ce moment, c’était check-call ou même check-fold ! C’est au moment précis où je sais ce que possède mon adversaire (une paire de rois max splittée) que je me permets un inutile et dangereux check-raise en semi-bluff à la river.


Alexis Beuve après une enchère foireuse et un tell révélateur en prime…
bien attrapé le photographe !

Il paye et emporte non seulement un gros pot, mais aussi les trois quarts de mon tapis, alors que les blinds deviennent très menaçants. On repart pour un tour, très long lui aussi et toujours aussi tendu. J’adopte de bonnes vielles techniques short stack et quelques all-in bien placés (méthode S.A.G.E. améliorée perso – articles à suivre…). Mon tapis souffre vraiment et je remonte péniblement la pente jusqu’au moment où je parviens à provoquer la faute, façon Cire : All-in préflop, Franck abat 3-3, j’ai deux valets ! Je le tiens ! Le même coup que face au terrifiant Julien au CP 78 ! Flop : 7-9-10 Turn : 6. River 3 ! Un beau brelan à 2 p… d’outs.

Je félicite mon adversaire pour sa victoire méritée, ce match a fait honneur au poker. J’aurai l’occasion de féliciter Franck à nouveau cette semaine-là, parce qu’il s’agit de Franck Charron, le nouveau Champion de France FFDP 2009, un titre qu’il décrochera quatre jours plus tard.


Franck Charron

Parenthèse théorique : le hasard et la gestion de match

Je souhaite utiliser cet exemple pour faire parenthèse de théorie : même si je suis favori sur cette dernière donne à 80 : 20 préflop et même 96 : 4 à la turn, il serait malhonnête de dire que je perds ce match sur un bad beat, parce qu’il faut appréhender le match en entier et non la donne. Cire dirait que ce n’est pas un bad beat, mais la punition de ma bêtise. Si je n’avais pas fait l’erreur du semi-bluff inutile 30 minutes auparavant, cette donne n’aurait sans doute jamais existé, j’aurais peut-être gagné le heads-up avant, ou alors j’aurais couvert mon adversaire et pu encaisser cette perte sans péril. En résumé, je perds un match où tout va bien, sur une donne qui n’est pas la dernière mais celle du milieu de partie, avec un bon read et une mauvaise enchère. Le bad beat final n’est que la sanction de ce qui s’est passé avant. Le hasard, je l’ai cherché, alors il m’a trouvé. Si l’adversaire ne fait pas d’erreur, le premier faux-pas est déjà fatal.

Les demi-finales opposent :

- La future finaliste, « Youris » (anonymat souhaité, pas de photo, dommage), et Valentin (alias ValVegas).
- Franck et Anthony, le futur vainqueur du tournoi.



Anthony Vallée (webmaster su site du club) gagnera le heads-up du MHE


Les stars et les performances du Montmartre Hold’em

J’ai gardé le meilleur pour la fin. Le MHE est peuplé de nombreux joueurs qui ont su se faire un nom dans le poker français au-delà de la salle du club. Pour les personnalités, j’ai déjà mentionné ValVegas et Emmanuel David. On trouve aussi Yann Le Dréau, le fondateur de la marque Poker Is War et son acolyte Jean-Luc Deloire.


Yann le Dréau – président fondateur de Poker Is War. Très fort joueur on-line.




En matière de résultat – la meilleure carte de visite – voici le palmarès du club, à date.


Wilfrid Bardin, le numéro 1 du MHE au classement 2009


Franck Charron reçoit sont titre de Champion de France FFDP
le 11/07/2009 © Photo FFDP



Christophe Lesseure - Champion de France FFDP 2008
et de beaux résultats à Wagram (Paris), Namur et Las Vegas



Sébastien Fromont, Secrétaire du club. Il a gagné un package avec 3 invités
pour le WPT de Marrakech en octobre 2008 via Chilipoker
Un look de tueur qui dissimule parfaitement le talent, la gentillesse et la générosité.

Citons aussi, parmi les absents :

- Benoit Bera, le chef des caves, n’a pas pu participer au heads-up, car il est à Las Vegas, après avoir décroché un package pour le Main Event des WSOP 2009 via les steps de Pokerstars ! Nous apprendrons son élimination pendant la soirée : A-Q contre A-J, flop A-A-J !

- Fabien Ledoux, athlète et vice-président du club, a décroché un package pour le PCA aux Caraïbes via Pokerstars et Direct 8. Il a frappé un grand coup en gagnant ce package de 25 000$ en partant d'un freeroll.

- Fin 2008, Nicolas Faudier a gagné sa place pour l'Unibet Poker Open à Varsovie.

Et quelques bonnes places collectives régulières dans les interclubs.

Bref, rien qu’en 2009, le MHE envoie trois joueurs dans les trois grands circuits : EPT, WPT et WSOP. Mais aussi : une délégation de 10 joueurs à l'IPO de Dublin en 2008, 8 joueurs à Las Végas en avril pendant 10 jours, 15 joueurs pour l'IPO de Dublin en octobre 2009, deux joueurs en table finale de Challes les Eaux (Grenoble) en février 2009, un tournoi à 200€ et 94 joueurs. Ils sont soutenus par tout le club.

Le message du président :

« J’attache beaucoup d'importance
aux retours d’expérience de nos compétiteurs,
cela peut faire progresser tout le monde en même temps. »


Laurent Macq
Encore un tell bien chopé par Rodolphe,
certes, mais quel est votre read ?

Alors, cela ne répond-t-il pas à toutes les questions et bonnes pratiques de gestion d’un club de poker ?


Rodolphe Engel – Photographe du poker

Tout au long de ce reportage sur le Montmartre Hold’em, vous avez pu admirer les photos – portraits et ambiances – de Rodolphe Engel.
Comme David Leadbetter utilise sa caméra dans ses cours de golf, Rodolphe se porte volontaire pour capter vos tells : visage, mains, posture, pieds (!). Leur interprétation reste toutefois à votre charge.


Liens photo Rodolphe Engel

- Les galeries photos d'art
Autres reportages photos poker & jeux :
- La galerie photo complète du MHE 7 juillet,
- Finale du Summer Tournament du 11 juillet 2009 (3 jours) de Docteur Stratagème,
- coverage du Jeu de go en avril 2008.


Je remercie chaleureusement tous les membres du Montmarte Hold'em pour leur accueil.

Alexis Beuve © PRAXEO 2009



Othello : c'est top !

Loading...

Le go : le jeu le plus ancien

Loading...

Découvrez le Mah-Jong moderne

Loading...

Shogi, les échecs japonais

Loading...

Xiang-Qi, le plus pratiqué au monde

Loading...

Poker de tournoi

Loading...

Backgammon de tournoi

Loading...

On ne présente pas les échecs

Loading...